musica

festival international de musiques d'aujourd'hui

Hanspeter Kyburz

Suisse (1960)

Formé auprès de Gösta Neuwirth et de Hans Zender, titulaire du prix d'encouragement de l'Académie des Arts de Berlin en 1996 et du prix de la Fondation Ernst von Siemens en 2000, Hanspeter Kyburz est professeur de composition à la Hochschule für Musik de Berlin depuis 1997. Il a également enseigné dans différents studios d’électroacoustique, à l’Académie d’été de Darmstadt et à la Musikhochschule de Bâle.

Profondément influencé par la philosophie, il aborde la composition à la manière d’un chercheur. À chaque nouvelle œuvre, le parcours qui mène à son achèvement est jalonné de choix méticuleux, d’observations et d’une longue recherche de solutions. À deux reprises, il suspend son activité de compositeur pour engager une réflexion sur son propre travail : sur le matériau, avant la composition de Cells (1993-94), puis sur l’harmonie, après le quintette Danse aveugle (1997).

À partir de Cells, Hanspeter Kyburz utilise systématiquement des algorithmes pour agencer ses objets musicaux à l’aide de l’ordinateur. Pour maîtriser ce matériau sonore proliférant, il a fréquemment recours à la spatialisation afin de le doter de contours nets et précis. Le résultat sonore n’en est toutefois pas un langage abstrait ; ses œuvres se nourrissent de ses recherches sur la psychologie de la perception, dont il résulte une musique raffinée et sensuelle : « Je veux associer l’aspect émotionnel, corporel, personnel, intuitif, non rationnel à ces aspects théoriques qui pour moi doivent être toujours reliés à l’existence même de l’œuvre ».

Sa seconde réflexion sur l’harmonie aboutit à l’élaboration d’un nouveau type de tonalité, marquée par une harmonie claire, une richesse des timbres, une prédilection pour les registres aigus et une virtuosité débordante. S’inscrivant dans une forme de syncrétisme entre pensée structurelle allemande et pensée sonore française, Hanspeter Kyburz poursuit sa réflexion sur la perception (Noesis, 2001) et sur l’étude de la tradition (Concerto pour piano et ensemble, 1999-2000) en revisitant les genres du passé : le quatuor à cordes, le concerto ou l’oratorio. Sa dernière œuvre ancepts est créée en avril 2015 par l'Ensemble Modern.