musica

festival international de musiques d'aujourd'hui

Minoru Miki

Japon (1930 - 2011)

Minoru Miki est l’un des pionniers du métissage interculturel, combinant des éléments de la musique classique occidentale à des instruments et traditions d’interprétation du Japon, de Chine et de Corée. Sa carrière est ainsi couronnée de différentes récompenses pour sa contribution au rayonnement de la culture japonaise et aux échanges musicaux qu’il développe entre le Japon et l’Asie ainsi qu’entre l’Orient et l’Occident (Ordre du Soleil levant en 2000, Fukuoka Arts & Culture Prize en 2009).

Minoru Miki sort diplômé de la Tokyo University of the Arts en 1955. Dans les années 1960, il approfondit sa connaissance de la musique classique occidentale et explore en même temps la composition pour instruments traditionnels japonais, qui se retrouveront dans grand nombre de ses œuvres, seuls ou en ensemble, avec ou sans instruments occidentaux. Il fonde en 1964 l’ensemble Pro Musica Nipponia composé exclusivement d’instruments traditionnels japonais et a écrit des pièces pour cet ensemble qui ont été interprétées dans le monde entier. De nombreuses œuvres de cette période sont créées en étroite collaboration avec d’éminents interprètes comme le joueur de koto Keiko Nosaka – pour lequel il compose notamment cinq concertos – et le virtuose du marimba Keiko Abe. Au cours des années 1970, il commence ce qui deviendra un vaste cycle de neuf opéras sur des sujets historiques et littéraires japonais (le dernier date de 2010). Suite à l’engouement de l’English Music Theatre Company pour la musique asiatique, il reçoit une commande pour composer Ada, An Actor’s Revenge, qui est créé en 1979 à Londres. Il développe également une longue collaboration avec le metteur en scène Colin Graham, qui aboutit notamment à la création de l’opéra Joruri en 1985 à l’Opera Theatre of Saint Louis. Outre la musique de scène, son catalogue comporte de nombreuses œuvres orchestrales, de musique de chambre, solistes, et des musiques de film, notamment pour L’Empire des sens.