Abraham Moles et l'École de Strasbourg

Maître penseur transdisciplinaire du xxe siècle, ingénieur, philosophe, théoricien de la science et de l’art, Abraham Moles (1920-92) a peu à peu porté son attention sur les phénomènes de la vie sociale.
Auteur d’une trentaine de livres traduits en de nombreuses langues et de plus de huit cents articles, il a attiré à son institut au sein de l’Université de Strasbourg (Institut de psychologie sociale des communications) de nombreux chercheurs étrangers qui allaient ainsi diffuser son œuvre dans leurs pays.

À l’occasion du 25e anniversaire de sa disparition, l’Université de Strasbourg souhaite attirer l’attention sur l’actualité de son œuvre. Son approche pluridisciplinaire – qu’il appelait la « pensée mosaïque » – fera l’objet d’un débat sur l’université d’aujourd’hui avec Catherine Trautmann et Edgar Morin.
Les nouveaux aménagements de la BNU seront envisagés au travers des théories de Moles sur l’espace. C’est d’ailleurs à la BNU que sera inaugurée, au cours du colloque, l’exposition « Kitsch, un art du bonheur », mêlant divers objets du fonds Abraham Moles et des créations de Sébastien Fritschy. Il y aura également une conférence concert dédiée à Abraham Moles, avec deux illustrations musicales : l’une mariant le kitsch et la théorie de l’information, l’autre explorant l’influence de Moles sur les pratiques actuelles de la musique électronique.
En effet, Abraham Moles a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la musique d’après 1945 : il collabora avec Pierre Schaeffer sur son premier ouvrage de 1952, À la recherche d’une musique concrète, esquissant dans le dernier chapitre le futur solfège des objets sonores. Il s’occupa ensuite du studio de musique électroacoustique d’Hermann Scherchen à Gravesano ; à l’invitation de Vladimir Ussachevsky, il enseigna à l’Université Columbia à New York, où se trouvait le premier synthétiseur programmable.
Moles était un visionnaire : alors que la technologie informatique n’a plus rien à voir avec celle des années 1970, les concepts qu’il a présentés dans son ouvrage de 1971, Art et Ordinateur, restent d’une actualité frappante. Il va jusqu’à envisager – et questionner – des pratiques très récentes comme celles des « humanités numériques », ces recherches dans le domaine des sciences humaines qui explorent des bases de données géantes.
En partenariat avec Musica, le concert Le Encantadas d’Olga Neuwirth nous propose une exploration de paysage sonore, chère à Abraham Moles.
_
Entrée libre


En partenariat avec l’Unistra, la BNU, l’Ircam, l’ENSAS et le Festival Musica

jeudi 28 septembre
8h45 - 9h00 Accueil

9h00 - 9h45 Ouverture

9h45 - 10h15 Introduction de Jean-Marie Lehn

10h30 - 12h00 La Rigueur d’une pensée

14h15 - 15h45 La psychologie de l’espace

16h00 - 17h30 Une pensée néo-positive

17h30 - 19h00 Débat : L’université du futur et la pensée mosaïque


vendredi 29 septembre

8h45 - 9h00 Accueil

9h00 - 10h30 L’Univers de la communication

10h45 - 12h15 Arts d’aujourd’hui, arts de demain

14h - 15h Inauguration de la collection kitsch

15h15 - 17h15 Sensibilisation programmée de l’environnement

17h30 - 19 h Conférence / concert (dédié à Abraham Moles)


En partenariat avec l’Unistra, la BNU, l’Ircam, l’ENSAS et le Festival Musica