programme (PDF)

De même qu’un quatuor à cordes est composé de trois instruments différents (le violon, l’alto, le violoncelle), trois lettres suffisent à écrire un mot de quatre, « Tana ». Aussi est-ce à l’unisson que les membres du Quatuor Tana mettent leurs sidérantes énergies au service de la musique d’aujourd’hui. Dédicataire de Substances. Quatuor à cordes n°2 (2013) de Raphaël Cendo, c’est aux côtés des aventureux Neue Vocalsolisten qu’ils créent ce que Cendo identifie comme son Quatuor n°3 – une pièce d’une heure dix pour quatuor à cordes et quatuor vocal.

Marqué par la musique spectrale, Brian Ferneyhough, Fausto Romitelli autant que par les musiques actuelles, Raphaël Cendo assume un goût pour la saturation sonore. Mais la déflagration à son avers : la destruction et le monde dévasté qui demeure après le passage des flammes. Or c’est cette poétique que déploie son troisième quatuor, décrit comme « un rituel, un apprentissage de la poussière et du deuil ».

Les textes chantés sont choisis à cet effet. Le premier, Génie du non-lieu de Georges Didi-Huberman, étudie la démarche artistique de Claudio Parmiggiani, qui dispose des objets dans une pièce, y brûle des pneus puis en ôte les objets : l’œuvre n’est qu’une empreinte de poussière et de cendre.
Le deuxième, Les Natures indivisibles de Claude Royet-Journoud, est le dernier volume d’une tétralogie développant une poésie blanche et objective. S’ajoutent à des fragments de ces deux textes principaux des citations de Rilke (Les Élégies de Duino) et du journal de guerre rapporté par Georges Bataille (À propos des récits d’habitants d’Hiroshima).

L’écriture musicale de Raphaël Cendo s’appuie sur l’expérience de ses précédents quatuors à cordes – notamment marqués par une recherche sur l’hyper-virtuosité et la modification des instruments – et de deux œuvres vocales : son Introduction aux ténèbres (2009, donnée à Musica en 2010) et son Registre des lumières (composé et entendu à Musica en 2013), explorant les relations chanté/parlé/soufflé. « Monde de fumées, règne des cendres, recours au deuil » (Georges Didi-Huberman) : ce sont « les heures sombres que nous connaissons aujourd’hui » que Cendo, ce faisant, interroge de façon radicale.


La Paroisse Sainte-Aurélie accueille Musica


Avec le soutien de la Sacem et de Ernst von Siemens Musikstiftung

Quatuor Tana

Neue Vocalsolisten


Raphaël Cendo
Delocazione (2016-17) / 1h10

textes de Claude Royet-Journoud, Georges Didi-Huberman, Rainer-Maria Rilke, Georges Bataille
co-commande Festival Musica / Collectif Tana / Françoise et Jean-Philippe Billarant / Impuls-Festival für Neue Musik

création mondiale

Fin de la manifestation à 18h10

La Paroisse Sainte-Aurélie accueille Musica


Avec le soutien de la Sacem et de Ernst von Siemens Musikstiftung