Orchestre National des Pays de la Loire
programme (PDF)

Vertige du ciel étoilé, silence du désert, volcan perdu au milieu de l’océan : c’est à une spectaculaire plongée dans le mystère de la nature que nous invite le chef Pascal Rophé.

« J’ai toujours éprouvé une fascination pour l’art de Van Gogh et les toiles des dernières années de sa vie, notamment La Nuit Étoilée. Aussi – tout en repoussant l’idée d’une vaine illustration – il m’a semblé que l’intense pulsation qui anime cette œuvre visionnaire, le sens de l’espace qui y domine, la palpitation de la matière et surtout l’effet de tournoiement quasi cosmique qui s’en dégage pouvaient trouver leur écho sur le plan sonore » écrivait Henri Dutilleux à propos de Timbres, espace, mouvement, créé à Washington en 1978. Difficile d’imaginer entrée en matière plus judicieuse que cette page symphonique pour un concert qui entrouvre le mystère de l’univers et qui se conclura par une composition ayant déjà enchanté le public de Musica : le tellurique Sahara de Francisco Guerrero, fils spirituel de Varèse et de Xenakis.

Entre ces deux « classiques », la création mondiale d’un concerto pour alto de Michael Jarrell, avec la talentueuse soliste Tabea Zimmermann. La dimension visuelle et picturale de la musique du compositeur helvète laisse imaginer que sa pièce s’insère à merveille dans ce programme de l’Orchestre National des Pays de la Loire dirigé par son directeur musical Pascal Rophé.

Précédant Sahara de Guerrero, le triple concerto Kerguelen de son élève Alberto Posadas est donné ici en création française. Situé à 3 000 km au sud de l’Australie, Kerguelen est un plateau volcanique presque entièrement recouvert par les eaux de l’Océan Indien. « Cette formation géologique décrit parfaitement la relation établie entre le trio de solistes et l’orchestre », explique Posadas qui a cherché à éviter « la relation dialectique caractérisant la musique concertante de ses débuts à nos jours autant que la virtuosité acrobatique habituellement associée à la forme du concerto » au profit d’une exploration des espaces intermédiaires entre les sons conventionnels pour lesquels ces instruments ont été créés.

____

Cette manifestation est en placement numéroté.

Rencontre avec Alberto Posadas
mardi 27 septembre à 12h30
Auditorium de la BNU de Strasbourg

Diffusion sur France Musique le 14 décembre à 20h


Avec le soutien de la Ernst von Siemens Musikstiftung, l’ADAMI, de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture et de l'Acción Cultural Española (AC/E)
En partenariat avec les Dernières Nouvelles d'Alsace et France Musique