Quatuor Diotima
programme (PDF)

Le Quatuor Diotima crée en France la version intégrale de Sombras de l’espagnol Alberto Posadas. Une œuvre exigeante et poétique pour cordes, voix et clarinette basse, inspirée par le Livre des leurres d’Emil Cioran.

Puisant ses outils et modèles dans la science comme dans les arts, la musique d’Alberto Posadas est éminemment expressive, dans la lignée de celle de son maître, le regretté Francisco Guerrero, père spirituel des postfranquistes Ramon Lakzano et Hèctor Parra.

Influencé par l’œuvre et la pensée du compositeur-mathématicien-architecte Iannis Xenakis, mais également par la lecture de La Géométrie fractale de la nature de Benoît Mandelbrot, Guerrero a incité Posadas à puiser ses modèles et outils compositionnels dans la science. Ce que révèle pourtant l’audition de Liturgia de silencio (1995) pour flûte, bande et électronique live ou, dans un tout autre registre, Kerguelen, un triple concerto pour orchestre et trio de vents amplifié, c’est une grande variété de gestes, une souplesse et un sens de la perspective acoustique qui trahissent un intérêt pas moins égal et profond pour les arts visuels.

Loin de se reposer sur ses acquis, Posadas, qui enseigne l’analyse, l’harmonie et la composition, ne cesse d’explorer les possibilités des instruments, d’où l’intérêt constant et renouvelé des ensembles et solistes internationaux de premier plan pour ses pièces. Conçu en collaboration avec le Quatuor Diotima, passé maître dans l’exécution d’œuvres de toutes obédiences et époques, Sombras est donné pour la première fois en France dans sa version intégrale. C’est l’occasion pour ceux qui n’ont qu’une idée vague du compositeur et de la couleur de son œuvre, semblant conjuguer combinatoire mathématique et musique spectrale, systèmes de Lindenmayer et courbes de Bézier, de découvrir également sa passion pour la littérature.

C’est La Tentation des ombres, troisième pièce du cycle Sombras, fragment du Livres des leurres d’Emil Cioran, que Sarah Maria Sun chante, cachée derrière un panneau et en duo avec l’altiste des Diotima, avant d’apparaître en pleine lumière accompagnée par le quatuor. Le clarinettiste Carl Rosman la rejoint ensuite pour un second duo, à la fin duquel elle disparaît à nouveau.

Jeu d’ombres visuel, acoustique, topologique et théâtral, Sombras nous invite à questionner rien de moins que les « chimères aliénantes de notre existence ».

Violon, Yun-Peng Zhao, Constance Ronzatti

Alto, Franck Chevalier

Violoncelle, Pierre Morlet

Rencontre avec Alberto Posadas
mardi 27 septembre à 12h30
Auditorium de la BNU de Strasbourg

Diffusion sur France Musique le 30 novembre à 20h


Avec le soutien de la Ernst von Siemens Musikstiftung et l'Acción Cultural Española (AC/E)
En partenariat avec France Musique

Avec le soutien de la Ernst von Siemens Musikstiftung et l'Acción Cultural Española (AC/E)
En partenariat avec France Musique