Quatuor Tana
programme (PDF)

Pour sa première apparition à Musica, le jeune Quatuor Tana offre un programme à la mesure de son engagement envers la musique d’aujourd’hui avec la création du sixième quatuor de Jacques Lenot et le premier volet du portrait que le festival consacre à Ond_ř_ej Adámek.

C’est à son fondateur, le violoniste Antoine Maisonhaute, que l’on doit le nom du quatuor « Tana », en référence à la capitale malgache (et parce que trois lettres suffisent à former un mot de quatre, comme trois instruments « suffisent » à former un quatuor à cordes…). Bénéficiant de l’enseignement de solistes prestigieux (Brendel, Gabor, Takacs…), le Quatuor Tana est lauréat de plusieurs académies dont celles des festivals de Verbier et d’Aix-en-Provence. Depuis sa formation, il fréquente assidûment les compositeurs de la nouvelle génération, utilise les partitions électroniques et s’inscrit ainsi dans un parcours délibérément actuel.

En 2013, la création de Shakkei (deuxième quatuor d’Yves Chauris, né en 1980, lauréat du Conservatoire Supérieur de Paris), dans un spectacle du chorégraphe Michel Kelemenis, illustre ce désir de renouvellement et, incidemment, de participation à d’autres événements que le seul concert. Yves Chauris tire profit de son séjour à la Villa Kujoyama pour ce deuxième quatuor, qui renvoie à l’idée d’un paysage étriqué donnant pourtant l’illusion d’une perspective immense (Shakkei).

Ond_ř_ej Adámek qui fut, de 2009 à 2011, résident à la Casa de Velázquez, s’inspire pour sa part du flamenco qu’il découvre alors. Créée par le Quatuor Diotima, la pièce est de l’aveu même de son auteur, « extrêmement difficile, un vrai challenge pour un quatuor à cordes ». Elle reprend quelques gestes caractéristiques du flamenco et introduit de nouvelles techniques de jeu (scordatura, plectre, pizzicati multiples, arpèges de type « rasgueo »). Partition virtuose et lumineuse, elle est une remarquable introduction à la musique d’Adámek (né à Prague en 1979), compositeur auquel Musica s’attache en 2014.

En comparaison de ces pièces récentes, caractérisées par une recherche encore en cours, le Quatuor n°4 de Pascal Dusapin, créé fin 1997 par le formidable Quatuor Pražák (qui le joua à Musica dès 1998), représente une espèce d’accomplissement, l’évidence d’une intimité avec le genre. C’est donc presqu’une partition de répertoire que le Quatuor Tana aborde désormais.


Avec le soutien de la Sacem