SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg
programme (PDF)

Quel programme ! Un manifeste, un engagement en faveur de la création concertante et symphonique, une aventure sonore ! Le premier des trois grands concerts de création qui ponctuent chaque week-end de la 31e édition du festival est, par sa démesure, un antidote à l’ordinaire des temps de crise.

C’est avec un rare déploiement instrumental – une centaine de musiciens pour la création de Yann Robin et le concerto de Marc Monnet, six pianos associés à l’orchestre de Georg Friedrich Haas – que l’extraordinaire phalange de la Radio SWR de Baden-Baden / Fribourg, dont l’histoire se confond avec la création d’œuvres nouvelles, inaugure Musica 2013.

En ouverture de ce concert-événement, Marc Monnet revisite en grand le temple du concerto pour violon et dédie son nouvel opus au virtuose albanais Tedi Papavrami. Compagnon du festival depuis sa première édition en 1983, agitateur d’idées, maître de formes en ruptures, adepte de la remise en jeu des principes de composition (on se souvient à Strasbourg de ses expériences radicales avec sa compagnie Caput Mortuum en 1989 et 1993, ou de son opéra Pan en 2005), Marc Monnet est une des fortes personnalités de la création musicale en France. Il passe le relais en quelque sorte à la nouvelle turbulence de la génération née dans les années 70.

Yann Robin (1974) aime le gigantisme acoustique (Monumenta, le titre parle de lui-même…) et l’impose depuis quelques temps comme une des plus énergétiques expériences des années 2010, une écoute limite de la mise en tension sonore.

En deuxième partie limited approximations, pièce microtonale au processus inexorable de Georg Friedrich Haas : le programme illustre la richesse incomparable de l’exercice orchestral, un déploiement de forces, de possibles, d’inouï, une utopie sonore en éruption, en porte-à-faux avec le temps calculé.

Pour la première fois à Musica sous la direction de François-Xavier Roth, son directeur musical depuis 2011, l’Orchestre de Baden-Baden / Fribourg qui a apporté au festival quelques unes de ses plus grandes émotions musicales (de Pli selon pli de Pierre Boulez en 1986 à Moïse et Aaron de Schoenberg en 2012), indique une fois encore l’horizon du renouveau symphonique. Une signature.


Le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Alsace, la Ville de Strasbourg, la Région Alsace et le Conseil Général du Bas-Rhin, partenaires de Musica, parrainent la soirée d'ouverture