La Face cachée de la lune
programme (PDF)

Au début des années 70, Pink Floyd enregistre _The Dark Side O__f_ The Moon avec l’ambition d’élever la musique populaire à un niveau encore jamais atteint. Bestseller parmi les bestsellers de l’histoire de la musique, l’album réalise la synthèse de toutes les aspirations artistiques du groupe.

Harmonies pop luxuriantes, embardées de blues musclé, relâchements folk, recherches électroacoustiques pointues et boucles de musique concrète en veux-tu en voilà, dans les fameux studios d’Abbey Road à Londres, les musiciens de Pink Floyd donnent libre cours à leur intense tempérament expérimental. Ils bénéficient de dispositifs quadriphoniques inédits et explorent tous azimuts les combinaisons de leur nouvelle console 16 pistes. Les traits de guitare éruptifs de David Gilmour se métamorphosent en digressions aériennes. Les claviers space rock de Richard Wright, les chorus vocaux et les effets de bandes magnétiques parachèvent le caractère atmosphérique de l’expérience esthétique. L’album déploie également une passionnante arborescence de bruitages devenus autant d’icônes sonores telles les ritournelles de caisse enregistreuse (« Money ») et les sonneries de réveils enregistrées chez un antiquaire par l’ingénieur du son Alan Parsons (« Time »). Près de quarante ans après sa sortie, la puissance de fascination de The Dark Side Of The Moon reste intacte.

Spécialiste de la réalisation sonore et de la composition électroacoustique, Thierry Balasse fait partie de ces musiciens contemporains qui ont grandi avec les albums de Pink Floyd. Collaborateur de Sylvain Kassap (clarinettiste), Éric Groleau (batteur) ou Vincent Dupont (chorégraphe), il travaille également avec Pierre Henry dont il interprète entre autres Hypermix à Mexico. En 1999, Thierry Balasse fonde sa propre compagnie, Inouïe, pour imaginer des projets qui jouent avec les bruits, les percussions, les synthétiseurs, les platines, le traitement des voix et des instruments. Il conçoit des installations sonores comme des machines à explorer les subtilités de l’écoute et invente des formes de concerts « sous casques » qui proposent de véritables aventures perceptives : spatialisation mentale des sons, reliefs inattendus dans le grain des voix et autres vertiges musicaux. C’est à travers le prisme kaléidoscopique de ses recherches sonores que Thierry Balasse réinterprète l’odyssée musicale de Pink Floyd. Il a réuni autour de lui un collectif éclectique de huit musiciens qui partagent son émerveillement pour les sons et les chansons de _The Dark Side O__f_ The Moon, l’étalon absolu des disques rock en matière de production. Quelques titres de Meddle (1971), album qui pose les bases de la formule sonore de Pink Floyd, composent également le show.

La Face cachée de la lune n’est en aucun cas la reconstitution d’un concert de Pink Floyd. Comme l’explique Thierry Balasse, il s’agit au contraire de « transformer la scène en studio de création et d’enregistrement ». Les musiciens jouent sur des instruments d’origine (Synthi A, Minimoog, EMS VCS 3) mais également sur d’autres synthétiseurs analogiques plus récents permettant de recréer les séquences sonores si particulières de l’album. Cette subtile alchimie de nouvelles technologies et de matériel vintage restitue de façon saisissante les timbres des instruments et les sons d’époque qui n’avaient jamais vraiment pu être exprimés de cette manière en live, les musiciens de Pink Floyd utilisant des bandes playback. L’enjeu est de donner à voir et à entendre les processus sonores à l’œuvre dans _The Dark Side Of_ The Moon, autrement dit : « montrer au public la face cachée de l’album ». Dans cette perspective, la scène est organisée en plusieurs zones distinctes. L’espace central est dédié au travail de création sonore, de restitution des voix, de synthèse musicale. Les sets de percussions et le matériel utilisé pour les bruitages occupent toute la largeur du fond de scène – cette composition panoramique permettant de restituer visuellement les effets de stéréophonie de l’album. Une dernière zone est consacrée aux instruments mélodiques, piano acoustique, orgues, guitares et pedal steel guitare. Le tout est mis en lumière par Yves Godin dont l’intervention décisive exalte toute la richesse visuelle de cet instrumentarium d’exception. Avec un tel agencement, l’espace scénique contribue à la mise en orbite de morceaux comme One Of These Days, Us and Them ou Any Colour You Like. La réussite sonique et scénique de La Face cachée de la lune est bien à la démesure de _The Dark Side Of_ The Moon.

Stéphane Malfettes