ensemble recherche

Réuni depuis 1985 à Freiburg, l’ensemble recherche a su créer un répertoire d’une richesse incomparable. Trois partitions récentes illustrent cette inlassable activité créatrice, et de multiples sources d’inspiration.

Fidèle à son exploration personnelle des chefs-d’œuvre picturaux, Hugues Dufourt (né en 1943) s’inspire des fresques que Giovanni Battista Tiepolo réalisa en 1752-53 pour le compte des Schönborn à Würtzburg. L’Asie est une des quatre parties du monde que le peintre illustra (l’Afrique en est une autre qui inspira au compositeur une précédente partition). « Je considère l’Asie comme une sorte de manifeste anticipé de la musique de notre temps : un monde privé de couleurs, qui tourne au brun et au gris, et néanmoins dominé par une forme d’accélération expressive ».

Chez Staud (né en 1974), l’inspiration vient de la description colorée d’un vin autrichien : (…) Arôme épicé, riche, prononcé, avec un caractère chocolaté, impressions florales (violettes), fruits rouges et prunes. Doux, lisse en bouche, corps plein, réminiscences de cuir et de goudron, ferme, sec, final un peu terreux… Reprenant la formation du Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen, il tente une transcription musicale de ces images olfactives.

C’est de Sophocle, enfin, qu’Hèctor Parra (né en 1976) tire la quatrième et dernière partie d’un cycle composé en 2001 et 2002 sur Antigone. Le compositeur espagnol tente de « relier l’abstraction conceptuelle du temps ‘tragique’ des grecs à sa propre musique ».