Neue Vocalsolisten
programme (PDF)

composée en 1968, Stimmung marque un tournant dans l’œuvre de Stockhausen.

À la commande du Collegium Vocal de Cologne, sextuor alors tout juste formé par de jeunes chanteurs, plutôt naturellement tournés vers la musique de la Renaissance, Karlheinz Stockhausen va répondre de manière inattendue et livrer une longue pièce qui marquera la production vocale de la fin des années soixante.

L’anecdote est qu’elle fut composée, en deux mois, dans une maison de Long Island, isolée par la neige, face à une mer gelée et disparaissant sous les bourrasques. Stockhausen, qui devait respecter le silence nécessaire au sommeil de ses jeunes enfants, fredonna plutôt que de chanter à tue-tête, et découvrit par ce hasard le moyen de produire un chant fondé sur les harmoniques de chaque note.

L’ « accord » (en allemand, Stimmung signifie à la fois « accorde » et « atmosphère » et renvoie indirectement à la voix – « Stimme »), constitué de six notes issues des harmoniques d’un si bémol grave, est ainsi chanté avec des techniques inspirées de musiques orientales, comme le chant tibétain par exemple. Il se développe selon un système de cinquante-et-un modèles d’information musicale qui crée à la fois l’aspect méditatif de la pièce et sa variété.

Stimmung est un des chefs-d’œuvre de la musique vocale du XXe siècle, une partition clé qui ouvre vers un nouveau temps musical, exalte la beauté sonore et crée les conditions d’une écoute réellement renouvelée.