programme (PDF)

L’Ensemble Modern de Francfort inaugure le portrait que Musica consacre à la compositrice coréenne Unsuk Chin (née en 1961), aussi bien que les débuts strasbourgeois et « multiformes » du jeune compositeur français François Sarhan (né en 1972). Les mots sont au cœur de leurs compositions respectives sous deux formes très différentes.
Pièce la plus jouée de la compositrice depuis sa création en 1991, Akrostichon-Wortspiel (Jeu de mot-acrostiche) est une introduction idéale à son œuvre. George Benjamin, qui repéra ce cycle de mélodies pour soprano lyrique et petit ensemble lors d’un comité de lecture à l’Ircam, se souvient, aujourd’hui encore, de la forte impression qu’il avait produite sur lui. Plus de quinze ans ont passé sans que l’attrait de cette partition ne s’estompe.
Avec Testimony, en création à Strasbourg, François Sarhan s’empare des textes de Charles Reznikoff, poète américain qui a dressé un fascinant portrait d’une Amérique méconnue, compilant les minutes de procès desquelles il ne modifia que quelques détails. Le modèle de cette partition emprunte par ailleurs à Bobok de Dostoïevsky où, dans un espace clos, des voix s’élèvent pour raconter des épisodes de leurs vies passées.
Musicalement, Testimony puise à des références musicales variées. François Sarhan la présente comme un creuset où sa passion pour les expériences pop des années soixante-dix affleure explicitement. Partie du cycle Von der Wiiege bis zum G (du berceau à la T) comme L’Nfer, un point de détail, également donné à Musica 2007, ce projet s’inscrit à la perfection dans la démarche iconoclaste et originale du compositeur.

Ensemble Modern


Unsuk Chin
Akrostichon-Wortspiel (1991/rév. 1993) / 17’

Textes d'Unsuk Chin d'après Michael Ende Die unendliche Geschichte et Lewis Carroll Through the Looking Glass

François Sarhan
Testimony (2007) / 40’

Extrait du cycle Von der Wiege bis zum G, d'après The United-States 1880-1925, Testimony : rexitative de Charles Reznikoff

Création