programme (PDF)

Acte I de l’important portrait que Musica consacre à Emmanuel Nunes, ce concert d’œuvres solistes laisse percevoir la richesse et la cohérence de sa pensée instrumentale, son attrait pour le classement et pour l’organisation de sa musique en cycle, en groupe, en série, en ensemble et sous-ensemble. Penser/classer aurait dit Georges Perec.

Versus III et Aura, écrites dans les années quatre-vingt, font ainsi partie d’un grand cycle de plus d’une vingtaine de partitions intitulé La Création. Mais, à l’intérieur de ce cycle, Versus III forme aussi une trilogie de duos et Aura appartient à une série de trois pièces destinées aux flûtes.
La main noire, pour trois altos, trouve son origine dans Das Märchen (Le Conte), opéra d’après Conte (Le Serpent vert) de Goethe, que le compositeur termine actuellement. Cette pièce incarne exclusivement l’univers d’un personnage : La Vieille. Ayant plongé sa main dans le fleuve, elle constate avec stupeur qu’elle est devenue noire comme du charbon.
De Wolfgang Rihm, on découvrira la nouvelle version de Canzona nuova pour cinq altos, pour laquelle Christophe Desjardins se démultiplie grâce à l’enregistrement préalable de quatre des parties.
Deux pièces en création, à la mesure du brillant soliste Christophe Desjardins.


La DRAC Alsace
La SACEM