programme (PDF)

En référence à la poésie, voici, défendues par l’ensemble Ictus, deux créations qui s’écartent des sentiers balisés de la musique d’aujourd’hui.
Igor Ballereau trouve son inspiration dans dix poèmes de Ono no Komachi Shû, poétesse du IXe siècle, célèbre pour ses vers et pour sa beauté, pour son talent facile et délicat. Il les transcrit pour deux voix qui se complètent, ténues, fragiles, dans une douce confrontation orient-occident.
Francis Ponge et son Comment une figue de parole et pourquoi, archéologie de son poème La Figue, écrit dix sept ans plus tôt, donnent à Johannes Schöllhorn (dans l’avant-dernier volet de son portrait à Musica) l’occasion d’une « anamorphose » de L’Art de la Fugue de Jean-Sébastien Bach. Jeu de mots, ironiques transcriptions, décalages et correspondances floutées, c’est l’inscription de l’art musical dans l’art du verbe. À l’origine du projet, la comédienne Manuela Morgaine est la voix de ce contrepoint.

Ictus


Igor Ballereau

Dix poèmes de l'Ono no Komachi Shu

Création
Johannes Schöllhorn
L'Art de la figue (2001-2006) / 58’

Texte de Francis Ponge Comment une figue de paroles et pourquoi, montage de Manuela Morgaine

Création