programme (PDF)

Pour ce deuxième concert consacré au quatuor à cordes, le programme défendu par « les Diotima » reprend l’énoncé du festival 2006 : l’Opus 3 d’Alban Berg, composé en 1910 (et auquel Ivan Fedele faisait référence avec Capt-Actions), est ici l’horizon sur lequel se posent les trois œuvres récentes du concert.
Misato Mochizuki, élève japonaise de Paul Mefano, d’Emmanuel Nunes puis de Tristan Murail, signe ici son premier quatuor à cordes. Y retrouvera-t-on les caractéristiques de sa musique, ce temps qui file au gré de nuances colorées ?
Chez Michaël Lévinas et James Dillon, la confrontation de leurs identités musicales au quatuor est posée d’emblée.
Dans son Deuxième quatuor - grande polyphonie à huit voix en trois sections – Michaël Lévinas construit méthodiquement son illusion acoustique, selon des principes issus de la musique spectrale.
Lauréat du prestigieux prix de musique de chambre de la Royal Philharmonic Society 2006, le Quatrième quatuor de James Dillon recycle à sa façon son background écossais qu’il oppose au matériau historique. Un art de l’écriture où le foisonnement dépasse l’idée de tout postmodernisme.


la Sacem
France Musique