Le Quatuor Diotima est dans l’impossibilité de présenter son concert en raison de l’état de santé de l’un de ses musiciens. Sur proposition de Musica, l’ensemble Ictus a accepté de le remplacer au pied levé avec un programme de musique américaine.

Ce programme de musique américaine articule trois générations de compositeurs, incarnées par trois œuvres composées presque la même année et qui ont chacune une relation particulière avec la mécanique, ses jeux de régularité, de superpositions et de proportions. Après de très nombreuses utopies rythmiques composées pour le piano mécanique, Conlon Nancarrow, admiré par György Ligeti, revient à des œuvres interprétées par des instrumentistes, notemment avec ce Quatuor à cordes n°3 aux accents bebop. Dans Different Trains, Steve Reich rappelle le roulement régulier, douloureux, du train qui le conduisait alternativement chez ses parents séparés et dont il imprègne l’image de la voix de sa gouvernante. L’œuvre se fait l’écho des convois ferroviaires de la Déportation. Dans Cirrus de Loïs V. Vierk six trompettes – l’une en live, les cinq autres pré-enregistrées – hypnotisent subtilement l’auditeur, convié à contempler une succession de bouquets sonores qui défilent à ses oreilles comme des nuages.


La SACEM