Henri Dutilleux
France (1916 - 2013)


Figure majeure du XXe siècle, Henri Dutilleux demeure l'un des compositeurs français les plus joués en France et à l'étranger. Sa musique se veut à la fois résolument moderne, tout en évitant de faire table rase du passé. Considéré comme un relais entre l'impressionnisme musical de Debussy et le courant spectral de Gérard Grisey et Tristan Murail, il s'est pourtant construit une voie à part, à l'écart des différents courants qui traversent le XXe siècle. Reconnu pour ses talents de symphoniste, son œuvre est marquée de grandes pages orchestrales comme les Métaboles (1964), le concerto pour violoncelle Tout un monde lointain (1965-70) ou encore Shadows of time (1995-97).

Alliant poésie et imagination, sa musique évite les cadres préfabriqués et se caractérise par sa souplesse rythmique et mélodique, ainsi que sa finesse d'instrumentation. Les sonorités sont profondes et mystérieuses, les titres des œuvres font souvent référence à la nuit, au mystère ou au rêve : le quatuor Ainsi la Nuit (1977), le concerto L'arbre de Songes (1983-85) ou Sur le même accord (2001), sous-titré « nocturne » pour violon et orchestre.

Henri Dutilleux a enseigné à l'École Normale de Musique de Paris, au Conservatoire de Paris et au Festival de Tanglewood. Grand Prix de Rome, chef de chœur à l'Opéra de Paris pendant la guerre, puis directeur du Service des illustrations musicales de la Radiodiffusion française, il rencontre dès sa première symphonie créée en 1951 un succès qui ne se démentira pas. Son travail est maintes fois récompensé, du Grand prix national de la musique en 1967 pour l'ensemble de son œuvre au prix international Ernst von Siemens en 2005.