Claude Debussy
France (1862 - 1918)


Les œuvres de Claude Debussy, aux titres poétiques et évocateurs (Cloches à travers les feuilles, Des pas sur la neige, Prélude à l’après-midi d’un faune…), révèlent une gamme de timbres d’une richesse absolue, des mélodies évanescentes, des couleurs chatoyantes ou intimistes. Son langage, évoluant dans une forme d’imprévisibilité du discours musical et de refus du développement, n’hésite pas à relier tonalité et modalité et à employer des gammes par tons ou pentatoniques.

Influencé par Chabrier, Rimski-Korsakov ou Moussorgski mais aussi grand admirateur de Wagner à ses débuts et inspiré par les musiques orientales et le jazz, il fréquente également des poètes symbolistes dont il met les poèmes en musique – Trois chansons de Bilitis sur des poèmes de Pierre Louÿs (1897-98), Trois poèmes de Stéphane Mallarmé (1913), Cinq poèmes de Charles Baudelaire (1887-89), les Fêtes galantes d’après Verlaine (1891-92/1904)…
Ses œuvres pour piano (Images, 1905-07 ; Préludes 1909-13 ; Études, 1915…) tout comme celles pour orchestre (La Mer, 1903-05 ; Nocturnes, 1897-99) comptent parmi les plus belles pages du répertoire.
Avec son opéra emprunt « d’inquiétante étrangeté » Pelléas et Mélisande, sur un livret du poète symboliste Maurice Maeterlinck, il développe une action ininterrompue, un lyrisme réinventé et bouleverse les codes de l’opéra.

Les inventions musicales de Claude Debussy, tant sur le plan harmonique, mélodique et rythmique que sur le plan de la texture, ont exercé une profonde influence sur toute une génération de compositeurs et font de lui l’un des piliers du modernisme français.