María Cristina Kiehr


María Cristina Kiehr s’est très vite imposée, auprès de la presse et du public, comme l’une des plus grandes interprètes du chant baroque. Elle sait en effet allier la suavité de son timbre unique à un fervent respect des textes poétiques qu’elle défend avec humilité et chaleur.

Formée à la Schola Cantorum de Bâle auprès de René Jacobs, elle est très vite invitée par les plus grands chefs (René Jacobs, Philippe Herreweghe, Franz Bruggen, Jordi Savall, Gustav Leonhardt, Nikolaus Harnoncourt...) et les formations les plus prestigieuses (Hesperion XXI, Concerto Köln, Ensemble 415, Seminario Musicale, Concerto Vocale, Elyma ou La Fenice). Elle participe à des productions d’opéras (Orontea de Cesti à Bâle, Incoronazione di Poppea de Monteverdi à Montpellier, Dorilla de Vivaldi à Nice…), voyage à travers le monde (Europe, Japon, Australie, Amérique Centrale et du Sud) et a participé à plus d’une centaine d’enregistrements.

Mais sa double passion pour la polyphonie et la monodie italiennes du XVIIe siècle s’épanouit pleinement avec Concerto Soave, dont elle est co-fondatrice. María Cristina Kiehr y révèle ses talents de conteuse, s’attachant à rendre les moindres intentions de la « nouvelle musique » monodique (la nuova musica). Celle-ci témoigne d’une période faste où les plus grands poètes (Tasso, Marino, Pétrarque...) étaient mis en musique par les plus grands compositeurs (Monteverdi, d’India, Mazzochi...) et où la musique sacrée s’adressait aux sens et au cœur avec la même rhétorique que la musique profane. Ce répertoire nous permet de découvrir non seulement une chanteuse unique, mais une artiste accomplie.

Participations comme interprète