Hildegard von Bingen
Allemagne (1098 - 1179)


Hildegard von Bingen est une femme d’une telle envergure humaine et intellectuelle qu’elle rend justice, par son génie, aux figures féminines restées dans l’ombre de l’Histoire. Mystique, visionnaire, abbesse, compositrice, femme de lettres, prédicatrice, voyageuse, médecin renommé, Hildegard von Bingen est d’une curiosité sans limite. Elle porte un regard singulier sur son époque et élabore une théologie cosmique éblouissante.

Hildegard von Bingen a des visions dès son plus jeune âge. À huit ans, elle est confiée au monastère bénédictin de Disibodenburg, et prend le voile en 1112. Elle sera élue abbesse (mère supérieure) du monastère en 1136. En 1141, elle commence à écrire son premier ouvrage, Scivias, où elle décrit ses visions. L'approbation du pape Eugène III l’encourage à poursuivre son activité littéraire. Elle achève le Scivias en 1151 ; suivront le Liber vitae meritorum (1158-63) et le Liber divinorum operum (1163-74). En 1147, elle fonde l'abbaye de Rupertsberg et en 1165, celle d'Eibingen.

Pour Hildegard von Bingen, la musique est un instrument suprême au service de Dieu, capable d’accorder l’humanité dans une harmonie et de l’orienter sur la voie spirituelle vers l’unité à laquelle elle aspire. Elle exprime la vie, dans toute la profondeur de son mystère. Sa musique est d’essence théologique, philosophique, reliée à la cosmologie. Elle compose abondamment entre 1151 et 1158, notamment 77 chants regroupés sous le titre Symphoniae Harmoniae Celestium Revelationum et un drame liturgique, Ordo virtutum, mettant en scène les tiraillements de l'âme entre le démon et les vertus.

Ses mélodies ne ressemblent à aucunes autres et le latin qu’elle emploie est marqué par une grande liberté de syntaxe. Contrairement à l’ambitus limité de la plupart des chants en son temps, sa musique se déploie sur une très large étendue et utilise les extrêmes de la voix, comme pour relier le ciel et la terre.
Hildegard von Bingen a été canonisée et proclamée Docteur de l’Église par le Pape Benoît XVI en 2012.

Participations comme auteur