Diana Soh
Singapour (1984)


« Composer pour casser les habitudes », tel est le credo de la jeune compositrice Diana Soh. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’interactivité et à l’aspect physique, corporel de l’interprétation musicale. Sa musique se caractérise par des oppositions interruptives entre activité et passivité de surface, avec une passion pour l’utilisation de l’électronique.

Outre des œuvres pour orchestre, ensemble et musique de chambre, Diana Soh s’intéresse également à toutes sortes d’expériences hybrides et a composé plusieurs œuvres pour la scène, dont l’opéra de chambre The Boy who lived down the lane Worshippers of the Machine, improvisation pour électronique en temps réel et cinq danseurs. Ses œuvres ont été interprétées au festival ManiFeste, à Royaumont, au festival Acanthes ou encore au Buffalo Festival.

Après avoir obtenu un doctorat à l’université de Buffalo sous la direction de David Felder, elle s’installe à Paris et suit le cursus de composition de l’Ircam en 2011-13. Elle devient par la suite compositrice en résidence au Conservatoire d’Ivry en partenariat avec La Muse en Circuit (2012-13), qui lui consacre un concert portrait dans le cadre de son festival Extension.

Ses projets en 2016-17 incluent plusieurs créations par l’Ensemble Multilatérale, le Helsinki Chamber choir et Klangforum Wien.