Unsuk Chin
Corée, République De (1961)


C'est au début des années 1990 que George Benjamin remarque la partition Akrostichon-Wortspiel d'Unsuk Chin, compositrice coréenne installée en Allemagne en 1985 pour y suivre l'enseignement de György Ligeti après avoir suivi des cours de composition à l'Université de Séoul. Au contact de Ligeti, Unsuk Chin se détourne de l'écriture post-sérielle pour développer un style figuratif à la métrique complexe, plein d'humour et d'ironie, caractérisé par la maîtrise des couleurs orchestrales et l'irisation des harmonies. Sa musique est issue d'influences culturelles très diverses, que ce soit le gamelan balinais dans son Concerto pour violon (2001), les musique du Moyen Âge et de la Renaissance dans Miroir des Temps (1999-2001) ou les modèles mathématiques dans Rocaná pour orchestre (2008). Son goût pour les jeux de mots et l'absurde, le surréalisme et l'onirisme se traduisent parfaitement dans Cantatrix Sopranica pour deux sopranos, contre-ténor et ensemble (2004-05) ou encore dans son opéra Alice in Wonderland (créé par Kent Nagano en 2007).
Ses œuvres sont jouées dans le monde entier, par les meilleurs orchestres – Berliner Philharmoniker, BBC Symphony Orchestra, New York Philharmonic, Orchestre Philharmonique de Radio France, Deutsches Symphonie-Orchester – et ensembles spécialisés comme l'Ensemble intercontemporain, London Sinfonietta, Klangforum Wien, Asko|Schönberg, Ensemble Modern ou le Quatuor Arditti.
Parmi ses œuvres récentes figure Graffiti, créée par Gustavo Dudamel et le Los Angeles Philharmonic en 2013. Le Silence des Sirènes est créé en août 2014 (avec la soprano Barbarba Hannigan, direction Sir Simon Rattle) au Lucerne Festival, où elle est en résidence. Commande du Royal Opera de Londres, son deuxième opéra Alice Through the Looking Glass sera créé lors de la saison 2018-19.