Ludwig van Beethoven
Allemagne (1770 - 1827)


À la charnière des styles classique et romantique, Ludwig van Beethoven élargit les modèles hérités de ses maîtres Johann Georg Albrechtsberger, Antonio Salieri et surtout Joseph Haydn, qui dira de lui, en 1793 : « vous avez une abondance inépuisable d'inspiration, vous aurez des pensées que personne n'a encore eues, vous ne sacrifierez jamais votre pensée à une règle tyrannique ». Il sort la musique de son cadre classique en faisant évoluer la forme, et favorise l’expression des sentiments et des états d’âme. Il marque de son empreinte trois genres musicaux : la symphonie, le quatuor, la sonate.

Beethoven quitte sa ville natale de Bonn en 1792 pour Vienne, où il restera jusqu’à la fin de sa vie. Il compose beaucoup pour le piano (sonates, trios, concertos), avant d’aborder les genres du quatuor à cordes et de la symphonie. Entre 1798 et 1802, il écrit six de ses dix-sept quatuors et ses deux premières symphonies. Durant les années 1804-12, il compose les symphonies 3 à 8, des quatuors à cordes, concertos, sonates… ainsi que son unique opéra, Fidelio. Un renouveau créateur décisif se manifeste avec la monumentale sonate Hammerklavier (1817-19). Suivront encore ses trois sonates, les Variations Diabelli pour piano et la Missa solemnis, la Neuvième symphonie, ses derniers quatuors à cordes (nos 12 à 16), véritables actes d'introspection et d'une incroyable modernité, ainsi que la Grande Fugue. Un important travail de développement thématique (notamment dans sa Cinquième Symphonie) et un soin particulier apporté à l'orchestration sont à la base de son langage qui peut atteindre des sommets d'expressivité dans la Sonate n° 23 « Appassionata », la Sonate n° 14 « Clair de Lune » ou encore le deuxième mouvement de la Septième Symphonie.

Ses œuvres de maturité sont riches d'innovations et ouvrent la voie aux générations postérieures : introduction de chœurs dans le genre de la symphonie, utilisation de motifs qui nourrissent des mouvements entiers, emploi de la voix comme d'un instrument symphonique dans Fidelio… D'un tempérament fougueux et impulsif, son énergie créatrice est étroitement liée à sa vie personnelle, marquée par le drame et la surdité. Monument de l'histoire de la musique occidentale, l'œuvre de Ludwig van Beethoven s'impose par sa force et sa richesse.