Christophe Bertrand
France (1981 - 2010)


« Mon travail repose sur une certaine idée de la virtuosité ; une virtuosité qui serait le vecteur d'une énergie transmissible à l'auditeur afin de créer une forme de frénésie communicative ».

Dans cette frénésie virtuose, Christophe Bertrand utilise des harmonies relativement consonantes toujours troublées par l'emploi de micro-intervalles et balancées par des agrégats et blocs harmoniques hérités de György Ligeti. Des rythmiques brouillées, de nombreuses superpositions métriques, des homorythmies accidentées, ainsi qu'un travail sur la répétition et la différence lui permettent d'éviter les mouvements synchrones, sans que le geste musical et le cheminement dramatique perdent en clarté.

Très attaché à l'écriture instrumentale, il a composé une seule œuvre avec électronique (Dikha). Toutefois, il retiendra de son expérience à l'Ircam différentes techniques (delay, harmonizer, crossed synthesis…) qu'il utilise fréquemment – mais appliquées à l'instrument. Au Conservatoire de Strasbourg, il étudie le piano avec Laurent Cabasso et Michèle Renoul, la musique de chambre avec Armand Angster et la composition auprès d'Ivan Fedele. Son engagement artistique l'amène à fonder en 2001 l'Ensemble In Extremis avec des étudiants du Conservatoire.

En 2015 paraissent l’ouvrage Christophe Bertrand : Écrits, entretiens, analyses et témoignages sous la direction d'Olivier Class (éditions Hermann, collections du Gream) et un enregistrement monographique (Label Motus).