Iannis Xenakis
France (1922 - 2001)


La personnalité artistique de Iannis Xenakis doit certainement beaucoup à son destin fascinant. Grec né en Roumanie, résistant au nazisme puis à l'occupation britannique durant la Guerre Civile en Grèce, condamné à mort, il se réfugie en France où il travaille douze ans avec Le Corbusier, en tant qu'ingénieur puis architecte.

En musique, il suit notamment l’enseignement d’Olivier Messiaen puis décide d’emprunter un chemin personnel qui combine deux éléments : des références à la physique et aux mathématiques, et un art de la plastique sonore. Il applique à la composition ces concepts mathématiques et physiques (notion de masse, théories des cribles, calcul des probabilités, arborescences, mouvements browniens) ainsi que de nouveaux moyens technologiques qu'il développe souvent lui-même (sons granulaires, programme informatique ST, premier synthétiseur graphique UPIC…)

Véritable architecte du son, il conçoit la musique avant tout comme « un ensemble de transformations énergétiques », puisant ses matériaux musicaux dans les cultures du monde entier.

De Metastaseis (1953) qui le rendra célèbre à sa dernière œuvre O-Mega (1997), en passant par de véritables chefs-d’œuvre comme Nuits (1968), Terretektorh (1965-66), Synaphaï (1969) ou Polytope de Cluny (1972) et Jonchaies (1977), Iannis Xenakis laisse un héritage considérable de près de 150 œuvres qui fait de lui l’un des compositeurs les plus marquants du XXe siècle.

Participations comme auteur