Enno Poppe
Allemagne (1969)


Choisir un système, éprouver ses règles en les perturbant pour mettre en évidence sa singularité, penser la forme tout en frôlant l'improvisation, marier l'ordre et le chaos, tels sont les principes de l'écriture dialectique d'Enno Poppe. La force énergétique qui sous-tend sa musique repose sur la confrontation entre le développement linéaire d'idées mélodiques parallèles et leurs relations métriques complexes. Les tensions internes et les glissements intervenant au sein d'une structure parfaitement claire donnent sa pulsation organique au texte musical : à peine stabilisée, la forme est ébranlée et détruite. L'économie de moyens harmoniques n'empêche pas Enno Poppe de prouver son sens certain de la couleur, qui donne à son langage un éclat iridescent d'une grande expressivité.

Formé à Berlin en direction d'orchestre et composition auprès de Friedrich Goldmann et Gösta Neuwirth, Enno Poppe approfondit les domaines de la synthèse sonore et de la composition algorithmique à l’Université technique de Berlin et au Centre d'art et de technologie des médias (ZKM) de Karlsruhe. Ses pièces sont commandées par des festivals réputés – Witten, Salzbourg, Donaueschingen, Festival Éclat à Stuttgart, Musica Viva à Munich – et créées par des interprètes comme l'Ensemble Modern, le Klangforum Wien, musikFabrik, sous la direction de chefs renommés (Stefan Asbury, Pierre Boulez, Emilio Pomárico, ou encore Peter Rundel). Il est directeur musical de l'ensemble Mosaik depuis 1998. Il a enseigné à la Hochschule für Musik de Berlin, aux Cours d’été de Darmstadt et à Impuls Akademie (Graz). Parmi ses dernières créations, citons Torf pour orchestre à Essen en 2016 et Glas pour six voix en 2017 à Stuttgart.