Martin Matalon
Argentine (1958)


Martin Matalon revendique très tôt un imaginaire coloré qui puise aux autres arts, que ce soit le cinéma de Luis Buñuel ou la littérature de Jorge Luis Borges. Après des études à la Juilliard School de New York, Martin Matalon participe aux cours d'Olivier Messiaen et de Pierre Boulez au Centre Acanthes de Villeneuve-lès-Avignon (1987-88) et poursuit ses études en France avec Tristan Murail. Installé définitivement à Paris en 1993, il commence une longue collaboration avec l'Ircam et explore l'univers cinématographique auquel il va offrir quelques-unes de ses plus belles pages musicales, notamment pour des films de Fritz Lang et de Luis Buñuel.
Le son, indissociable de la structure, est à la base même de la démarche de Martin Matalon. De même, si selon lui l'intuition est essentielle, il faut aussi savoir la cultiver : organiser, gérer les paramètres, créer des « trames »…

Ces idées fondamentales s'illustrent à travers deux séries d'œuvres qui traversent l'ensemble de son catalogue : les Trames, initiées en 1997, à la lisière entre écritures soliste et de musique de chambre, et les Traces, destinées à des instruments solistes avec électronique en temps réel et constituant une sorte de journal intime compositionnel.

Son catalogue couvre un large spectre de genres différents : théâtre musical, musique mixte, contes musicaux, musique vocale, installations, Hörspiele, œuvres chorégraphiques, ciné-concerts...

Depuis 2010, Martin Matalon enseigne la composition au Conservatoire d'Aubervilliers - La Courneuve. Son premier opéra L’Ombre de Venceslao, dont le livret et la mise en scène sont signés Jorge Lavelli, sera créé en octobre 2016 à l’Opéra de Rennes.